Émigration et mythe : l'héritage culturel de l'espace germanique dans l'exil à l'époque du national-socialisme (1933-1945)

201705_18-19_colloque_creg_affiche.png

Organisation : Andrea Chartier-Bunzel (Université Paul-Valéry Montpellier 3), Mechthild Coustillac (Université Toulouse-Jean Jaurès), Yves Bizeul (Universität Rostock)

> Programme

En réaction à l'orientation positiviste et scientiste d'un XIXe siècle largement dominé par les philosophies du progrès, les modes de pensée subjectifs et irrationnels ou encore archaïques et mythiques connurent un regain d'intérêt durant les premières décennies du XXe siècle. La certitude d'avoir dépassé le mythe considéré comme approche erronée du monde s'effrita sous l'influence de la pensée de Nietzsche et de Freud, mais aussi grâce à la recherche moderne avec ses approches ethnologiques, anthropologiques ou historico-culturelles de l'histoire humaine. La confiscation et l’instrumentalisation du ''Mythus'' par le national-socialisme marqua ensuite une dérive funeste dans l'Allemagne des années 1933-1945.

L'objet de ce colloque est d'interroger le rapport à l'héritage culturel chez les victimes et adversaires du national-socialisme qui, contraints de choisir l'exil au cours des années 1930 et 40, restèrent coupés du cadre de référence géographique et culturel de leur pays d'origine. Cette problématique inclut non seulement la question de l'appropriation créatrice et de la réinterprétation de cet héritage comme, à l'inverse, celle de son refoulement ou de sa mise au ban, mais aussi la réflexion autour du mythe et du logos dans le cadre d'une théorie critique de la modernité telle qu'a pu la mener l'École de Francfort durant les années d'exil.

 

Dates et lieux

  • Dates : jeudi 18, vendredi 19 et samedi 20 mai 2017.
  • Lieux : Université Paul-Valéry Montpellier 3 - Site St. Charles - salle des colloques 2

En téléchargement