Stages et Séjours à l'étranger

Licence LEA - Stages et Séjours à l'étranger

Les stages constituent un apport essentiel à la formation LEA. Ils préparent efficacement à la pré-professionnalisation.

Les étudiants peuvent effectuer des stages facultatifs dès la première année de LEA et pendant toute leur formation, en fonction de leurs disponibilités et des calendriers universitaires.

Dans le cas de stages non obligatoires (c’est-à-dire non prévus dans les maquettes), ils doivent se rendre au SCUIO-IP (https://www.univ-montp3.fr/fr/faire-un-stage) qui se charge de les aider dans leurs démarches.

En L3 et Master 2, en revanche, les stages sont inscrits dans la maquette car Ils constituent un élément obligatoire de la formation en L.E.A. Ils sont requis pour l’obtention de la Licence et du Master. Il est indispensable que tout étudiant ait au cours de sa formation un contact direct avec les pays dont il étudie la langue, ainsi qu’avec le monde de l’entreprise.

L’étudiant doit, pour valider le semestre 6 en Licence 3, effectuer un séjour à l’étranger qui fait partie intégrante du cursus (c’est une U.E. obligatoire à ce semestre-là). De même, pour l’obtention du Master L.E.A., un stage est obligatoire pendant tout le semestre 4 dans les deux spécialités, Traduction et Négociation de Projets Internationaux (NPI), et il est fortement recommandé de l’effectuer à l’étranger.

Par ailleurs dans la Spécialité Traduction, un stage à l’étranger est également obligatoire en Master 1 S2

 

Durée du séjour à l'étranger

Licence : 30 jours minimum dans le pays. Nombre d’heures à effectuer minimum : 150 heures.
Master : variable selon les parcours Voir site du Master L.E.A.

 

Période de stage

Pour 2018-19, l’étudiant peut réaliser son stage au cours de 3 périodes distinctes. Il lui appartiendra de juger laquelle lui est la plus favorable en fonction de sa situation personnelle, des opportunités qui s’offrent à lui ou de son parcours de formation. Il peut, soit :

  • Effectuer son stage pendant l’été précédant l’entrée en Licence 3 :
    ATTENTION. Condition indispensable : avoir validé les deux semestres de L1 ainsi qu’au moins 40 ECTS en L2. Si ces conditions ne sont pas remplies, la convention de stage ne sera pas signée par l’administration et il sera, par conséquent, impossible à l’étudiant de réaliser son stage.
    C’est-à-dire :
    • Pour les étudiants qui ont obtenu les ECTS nécessaires dès la 1ère évaluation :
      entre le 2 mai 2019 (date de fin de saisie des notes d’évaluation 1) et le 3 septembre 2018 (début des enseignements de Licence 3)
    •  Pour les étudiants qui passent l’évaluation 2 :
      entre le 24 juin 2019 (date de fin de saisie des notes d’évaluation 2) et le 2  septembre 2018 (début des enseignements de Licence 3).
       
  • Partir pendant la période prévue au cours du semestre 6 (calendrier spécifique en ligne sur le site L.E.A.) : du 08 avril au 20 mai 2019.
    C’est la période prévue spécifiquement pour le stage en L3 car elle ne présente pas d’inconvénient sur le plan du calendrier universitaire des L3.
     
  • Effectuer son stage hors de la période précitée,
    s’il a obtenu l’ensemble des ECTS requis, et par dérogation spéciale, pendant l’été 2018-2019 (juillet-août), si l’étudiant a validé le semestre 5, puis chacune des 3 U.E. (blocs) de semestre 6 (Langue A, Langue B, et A.E.S.). Attention, les conditions exigibles étant plus restreintes, un accord écrit (même par courriel) du Maître de stage est indispensable pour soutenir dans les deux  premières semaines de septembre. Dans ce cas exclusivement, la note saisie en juillet au moment des délibérations du jury, sera « ABI » (candidat absent) ; elle sera rectifiée en septembre après soutenance du rapport.

 

Pays concernés

Tout pays parlant et utilisant comme langue de communication la langue A ou la langue B du parcours de licence LEA dans lequel l’étudiant est inscrit. Le responsable des stages doit veiller à l’adéquation entre la langue  du stage choisi et celle du pays où se déroule le stage (par exemple, zones géographiques francophones tels que le Québec ou le Luxembourg).

Avant de signer les conventions de stage, il est impératif que le responsable des stages vérifie que le lieu du stage ne fait pas partie des pays ou zones géographiques répertoriés par le Ministère des Affaires Etrangères (http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/) comme zones orange et zones rouges (= zones à risque à éviter impérativement). L’envoi des stagiaires dans les zones jaunes sera soumis à un accord spécifique de la direction de l’UFR.

Pays anglophones
Voir liste établie sur le site du département d’Études Anglophones , onglets « Séjours à l’étranger » et « stages ». Pour tout autre pays, l’étudiant devra obtenir l’accord dérogatoire du responsable des stages et du directeur du département de LEA.

Autres langues
Se renseigner au département de la langue concernée, auprès de l’enseignant responsable des stages.

Cas des étudiants alterphones
Un étudiant non francophone ne pourra effectuer son stage ni dans l’aire linguistique où il a suivi les dernières années de sa scolarité secondaire, ni dans un pays dont la langue officielle est la même que sa langue maternelle.
Ces étudiants effectueront leur stage, soit dans un pays concerné par leur deuxième langue de L.E.A. soit en France à titre dérogatoire. Le stage est donc réalisable en France si, et seulement si, l'une des deux langues étudiées en LEA est la langue maternelle de l'étudiant et si l'étudiant n'a pas réalisé le dernier cycle de sa scolarité secondaire (Première et Terminale) en France.
Exemples:

  1. Etudiant de langue maternelle italienne inscrit en LEA Anglais / Italien => stage possible en France ou dans un pays anglophone
  2. Etudiant italien inscrit en LEA Anglais/ Espagnol => stage à réaliser dans un pays hispanophone ou anglophone mais ni en France ni en Italie.

Dans certains cas spécifiques, et après accords du responsable des stages et du maître de stage, une dérogation à cette règle peut être envisagée. Les modalités de stage sont les mêmes.

 

Bureau des stages / Espace Pro LEA (G 210)

Dans sa recherche de stage, l’étudiant doit se rendre au bureau des stages / Espace Pro LEA G210 qui est destiné à l’aider et à l’orienter. Une banque de données des stages ayant été effectués est à la disposition de tous, ainsi que les rapports de stage des étudiants des années précédentes ; par ailleurs des offres de stage y parviennent parfois. Il n’existe cependant pas de liste des stages dans laquelle l’étudiant pourrait puiser directement. La recherche de stage est une importante démarche personnelle qui doit être réalisée en temps utile.

La consultation des feuilles d’enregistrement de stages des années précédentes qui mentionnent les coordonnées des entreprises ou organismes ayant déjà accepté des stagiaires, ainsi que les appréciations de ces étudiants-stagiaires,  est possible. Celles-ci peuvent constituer un point de départ dans la recherche de stage.

Les rapports de stages consultables au bureau des stages / Espace Pro LEA sont à la fois une source d’adresses d’entreprises susceptibles d’employer de nouveaux stagiaires mais aussi des modèles de présentations du rapport.

Au bureau des stages / Espace Pro LEA, des étudiants-tuteurs sont disponibles pour conseiller, orienter et aider à remplir la convention de stage de l’étudiant. Des enseignants sont régulièrement présents (voir affichage sur la porte) pour des conseils et des informations complémentaires.

 

Démarches administratives obligatoires

Déclaration de Stage / Maître de Stage ou Enseignant référent

Avant de partir en stage il est impératif de déclarer le stage. Pour cela :

  1. Il faut se munir de la feuille de déclaration, disponible en G 210 et comportant les périodes de stage et de soutenance, les noms des responsables par langue, etc. Cette feuille devra être signée par le responsable de la langue impliquée et ensuite par le maître de stage.
     
  2. Il faut choisir un maître de stage parmi les enseignants de la langue concernée et obtenir son accord. L’étudiant doit commencer par contacter le responsable des stages de la langue concernée qui désigne pour lui un maître de stage ou qui accepte le nom que l’étudiant lui suggère. Il appartient ensuite à l’étudiant de rencontrer son maître de stage et de se mettre d’accord avec lui sur le sujet, le plan, la remise du rapport et les modalités de soutenance. C’est cet enseignant qui figurera comme « enseignant référent » sur la convention.
     
  3. L’étudiant ne peut changer de maître de stage qu’avec l’accord écrit de l’ancien et du nouveau maître de stage qui en réfèrent au Responsable des stages.

 

Convention de stage : OBLIGATOIRE pour les stages en entreprise.

Réf : Articles 124-1 à 124-20 du Code de l’Éducation modifiés par le décret n° 2014-1420 du 27 novembre 2014 (texte disponible à : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT0000298131... )
Il faut déclarer obligatoirement le stage pour être couvert pendant la durée du séjour dans l’entreprise, du point de vue social et médical. L’université doit obligatoirement se charger de cette démarche auprès des organismes de Sécurité Sociale.
Pour cela une convention en triple exemplaire est exigée.

 

La convention est à

  1. remplir sur l’E.N.T. avec le logiciel P-stages et à signer par le stagiaire qui l’envoie à l’entreprise.
     
  2. faire signer et tamponner par l’entreprise étrangère ou son représentant (le cachet d’un siège français n’est pas valable) qui doit la renvoyer à l’université (bureau des stages / Espace Pro LEA G210).
     

Après vérification par le service, l’enseignant référent, et ensuite la présidente (ou la directrice de l’U.F.R., par délégation) acceptent la convention et la signent.

Les imprimés sont à disposition en ligne (E.N.T. onglet « Orientation/Insertion Professionnelle » rubrique Stages). Le bureau des stages / Espace Pro LEA en G 210 met à la disposition de l’étudiant des tuteurs pour le guider dans cette démarche et des ordinateurs pour lui permettre de la remplir sur place.

Attention, il faut déposer un dossier de stage complet au plus tard 10 jours ouvrés avant le début du stage. Aucun stage ne peut démarrer sans signature préalable de la convention de stage par toutes les parties.

 

Types de séjours à l'étranger

Stage en entreprise

Stage à l’étranger d’une durée de 30 jours (…) et 150 h. de travail MINIMUM (car plus un stage en entreprise est long, plus il est bénéfique). Même si la recherche d’un stage n’est pas une tâche aisée, elle n’en est pas moins capitale. Il importe d’éviter de choisir la première opportunité qui se présente, de réfléchir à la qualité de l’offre qui est faite et d’envisager le stage comme le premier contact avec le monde de l’entreprise, donc, une voie qui devrait permettre (et qui a effectivement souvent permis), à nos étudiants leur intégration dans un secteur professionnel (CDD ou CDI).

Le choix du stage doit tenir compte des goûts et des compétences de l’étudiant, des débouchés éventuels (par exemple, un secteur qui embauche en France ou à l’étranger).

Les attestations de stages seront une composante importante du diplôme, que les futurs chefs d’entreprises ou responsables DRH examineront de près avant tout recrutement. Un stage bien choisi valorisera l’étudiant et lui permettra de mettre en pratique les connaissances acquises à l’université.

Par ailleurs, un stage ne peut pas signifier le recrutement d’un étudiant en formation, non rémunéré et cependant chargé de tâches destinées à une main d’œuvre qualifiée. Si le stagiaire remplace un personnel parti en congé, si ses compétences sont bien utilisées, il peut éventuellement négocier des indemnités (logement, déplacements, etc.) dans la limite prévue par la réglementation du pays. Cette négociation sera plus aisée si le stage dépasse le mois « obligatoire » et si l’entreprise qui a formé le stagiaire voit un intérêt à lui proposer une période de stage plus longue.

 

Stage en entreprise de 3 mois minimum (Europe ou hors Europe)

Possibilité d’obtenir dans ce cas une bourse. Si le stage se déroule en Europe : ERASMUS/STAGES. Pour les stages hors Europe : bourse d’aide à la mobilité internationale. Pour cela, il faut candidater sur le site des Relations Internationales de l’Université ( Relations Internationales – Faire un stage à l'étranger)

Parallèlement il faut effectuer toutes les démarches requises pour toute convention de stage. Se renseigner au préalable au bureau des stages / Espace Pro LEA en G210. Par ailleurs, il faudra entreprendre des démarches spécifiques pour candidater à la bourse auprès du service des Relations Internationales. Ce stage fera bien évidemment l’objet d’un rapport : prendre contact avec le responsable des stages de la langue concernée.

 

Travail en entreprise

Selon les zones géographiques choisies pour réaliser le stage, il peut être plus facile de trouver un emploi en C.D.D. L’emploi doit toutefois correspondre globalement à la formation LEA et permettre à l’étudiant de mettre en œuvre ses compétences et les connaissances acquises au cours des trois années de licence de manière à établir un rapport de stage en fin de contrat.  Un emploi de type « serveur » ne pourra pas être accepté par un maître de stage et encore moins validé par l’administration. Si l’étudiant parvient, malgré tout, à être embauché pour un emploi qui ne correspond pas tout à fait à la formation LEA ou aux secteurs socio-professionnels privilégiés par cette formation, mais lui permet de pratiquer la langue étrangère dans de bonnes conditions, le maître de stage pourra éventuellement signer la déclaration de stage en accord avec le responsable des stages.

Le bénéfice linguistique d’un long séjour à l’étranger n’est pas à démontrer. Le C.V. d’un étudiant ayant travaillé de longs mois à l’étranger est lu par les recruteurs non pas comme celui d’un candidat à un premier emploi, mais comme celui d’un diplômé ayant acquis une expérience professionnelle à l’étranger.

En tout état de cause, lorsque l’étudiant trouve un emploi à l’étranger, il ne dépose pas de convention de stage: c’est la Sécurité Sociale (étrangère) de l’entreprise et la sienne propre, en tant que salarié(e) à l’étranger, qui le prennent en charge, et non la Sécurité Sociale française du régime « étudiant ». Néanmoins il faut remplir l’imprimé « Déclaration de stage ou de séjour » à l’avance, au secrétariat (et donc avoir un accord préalable et d’un maître de stage et du responsable des stages du département de langue concerné). Le contrat (devant être présenté au bureau des stages AVANT le départ) sera exigé, ainsi que les fiches de paye (à la fin du séjour). Rappel : dans le cas d’un travail à l’étranger, un rapport de stage est exigé.

 

Séjour Erasmus

Toutes les informations (destinations, nombre de places, responsables etc.) sont disponibles au bureau Erasmus du service des Relations Internationales ou sur son site, (bât. I- Eugène Ionesco).
Les étudiants sont choisis par une commission de sélection L.E.A. en février.
Il existe sur le site des R.I. une liste de plusieurs enseignants par langue, responsables des échanges Erasmus pour les étudiants de L.E.A et en mesure de donner les précisions nécessaires aux candidats à des séjours ERASMUS.

  • Le Programme d’études
    • Le programme d’études ou learning-agreement sera préparé avec l’enseignant responsable de l’échange et visé par le Directeur de L.E.A. Attention : un total de 60 ECTS doit être obtenu.
    • Il doit être envoyé au Bureau des Relations Internationales dès que possible et visé par les différentes instances dans le mois qui suit le début du premier semestre de l’université d’accueil, en cas de séjour annuel, le projet d’études du 2e semestre devra être visé courant janvier, dernier délai.
    • Toute modification du programme d’études utilisera les formulaires ad hoc et sera soumise aux mêmes vérifications et signatures que l’original.
      Il n’y a pour ce type de séjour, s’il dure une année universitaire complète, ni Déclaration de séjour ou stage à effectuer ni rapport de stage à rédiger.
       

Question de la validation du stage de semestre 6 pour les étudiants ayant effectué un séjour Erasmus

  • CAS N°1 : L’étudiant part toute l’année en Erasmus.
    Note du stage = moyenne des notes du S6 dans la langue parlée dans le pays où il se trouve.
     
  • CAS N°2 : L’étudiant part en Erasmus au semestre 6.
    Il a 30 ECTS à obtenir, dont 5 « libres » (ce sont les ECTS qui correspondent au stage). Il choisit une discipline en fonction de ses intérêts et les ECTS du stage seront validés par les 5 ECTS de la discipline en question.
    Mais, attention : il faut distinguer ECTS et note de stage : la note du stage n’est pas la note obtenue dans l’ECUE choisi. C’est la moyenne arithmétique des notes obtenues  dans les enseignements dispensés au titre de l’UE correspondant à la langue du pays (ex : un étudiant en séjour Erasmus en Espagne sera évalué sur les résultats correspondant à l’UE de langue « espagnol » uniquement).
     
  • CAS N°3 : L’étudiant part en Erasmus au semestre 5.
    Il a, logiquement, 30 ECTS à valider au semestre 5.
    S’il satisfait aux évaluations, les 30 ECTS qui correspondent à des cours lui seront validés. Cependant, le stage n’est pas prévu dans ces ECTS. Donc il devra faire un dossier pour valider son stage au semestre 6 (sujet du dossier en rapport avec un thème socioprofessionnel du pays où il a effectué son séjour Erasmus). Ce dossier comportera une trentaine de pages. Il devra se mettre en rapport avec le responsable des stages, puis avec son maître de stage pour la validation du sujet de son dossier. La remise du dossier donnera lieu à une soutenance dans la langue étrangère concernée.
    Les learning-agreements relèvent de la responsabilité pédagogique de l’enseignant qui doit respecter les contraintes de maquettes ainsi que les règles définies en CA et CEVU. Les responsables de l’autre langue peuvent vérifier la cohérence du projet d’études qui, notamment en cas d’erreur ou de non respect des normes, reste amendable par la directrice  de la filière en accord avec les enseignants.

 

Séjours BCI (ex-CREPUQ), ISEP

Dans la filière L.E.A., les séjours ne peuvent s’effectuer qu’au cours de la Licence 3, et non pas en Master L.E.A. qui est un diplôme professionnalisant et, par conséquent, exigeant l’assiduité de l’étudiant.

La procédure prévoit que ces séjours sont assimilés aux séjours ERASMUS (voir le paragraphe ci-dessus). Attention, certains échanges impliquent des coûts supplémentaires qui peuvent s’avérer conséquents (en matière, par exemple,  de droits d’inscription à des certifications en langue). Il importe de s’informer convenablement en amont du départ pour éviter les difficultés une fois sur place.


Séjours linguistiques

Après accord du responsable des stages de la langue impliquée, et après déclaration au bureau des stages, il est possible de faire un séjour linguistique d’un mois minimum dans un pays dont on étudie la langue.

Type d’établissement : Université étrangère exclusivement (dont les cours pendant l’année universitaire ont le label du ministère de tutelle) et sous la forme, par exemple, d’une université d’été. Selon les pays et les universités avec lesquelles l’UPV a des programmes d’échanges. L’étudiant devra privilégier ces partenaires.

Il devra, en outre, réaliser un dossier de recherche en rapport avec un thème socioprofessionnel relatif à la ville, à la région ou au pays où il a effectué son séjour. Il se mettra en rapport avec le responsable des stages, puis avec son maître de stage pour la validation du sujet de son dossier. Ce dossier comportera une trentaine de pages.

 

Séjours dans une Université en Chine

L’Université Paul-Valéry a signé des accords spécifiques avec une université chinoise pour les étudiants ayant accompli les 3 années de licence à Montpellier.

Les renseignements sont à prendre auprès de la Directrice du Département d'Etudes chinoises.

 

Le rapport de stage et la soutenance

Le rapport de stage

  • Nombre d’exemplaires du rapport à fournir
    Deux en format papier qui sont à remettre au maître de stage. Le premier est corrigé et porte les annotations de l’enseignant. Le deuxième, déposé après soutenance, sera conservé au Bureau des Stages /Espace Pro LEA en G 210 avec mention de la note obtenue. L’étudiant devra envoyer également un exemplaire en version numérique à l’enseignant.
     
  • Langue du rapport
    c’est la langue du pays où le stage a été accompli sauf dérogation spéciale pour certaines langues, après accords du maître de stage et du responsable des stages.
     
  • Plan du rapport
    Si l’étudiant en a élaboré un par lui-même, il le proposera, pour agrément, à son maître de stage. C’est sans doute la meilleure solution. Dans le cas contraire, il le plan sera discuté et décidé entre l’étudiant et son maître de stage. A défaut, le plan en annexe pourra être utilisé.
     
  • Longueur du rapport
    30 pages avec les règles de mise en page indiquées plus bas.
     
  • Délais pour la remise du rapport
    L’étudiant doit remettre son rapport de stage à son maître de stage au moins une semaine avant la date de soutenance,  sous format papier (en double exemplaire) et en version numérique. Aucune soutenance ne pourra être organisée si l’étudiant n’a pas remis, au préalable, son rapport de stage à son maître de stage.
     
  • Règles de mise en page
    Le rapport doit comprendre 30 pages de texte (+/- 15%.). Police recommandée : Times New Roman, taille 12, interligne 1,5. Il doit inclure une page de couverture comportant le nom de l’université, le titre, le nom de l’étudiant et celui du maître de stage, l’année universitaire, le nom du diplôme et le code de l’ECUE, ainsi que le nom de l’entreprise ou de l’établissement Il inclura également une table des matières avec référence aux pages, une introduction, plusieurs parties organisées en sous parties numérotées, une conclusion et éventuellement une bibliographie (papier, web). Des notes de bas de pages indiquant les sources et éventuellement des annexes seront bienvenues. Le nombre de documents iconographiques (photos, schémas...) doit être limité (ou décompté du total de pages) ; toute illustration non indispensable à l’exposé devra être placée en annexe (le nombre de pages des annexes est illimité).
     
  • La question du plagiat
    En cas de plagiat, l’étudiant sera informé au moment de la soutenance du refus de procéder à cette étape ainsi que des paragraphes incriminés. Dans ce cas, le mémoire fait l’objet d’un renvoi en Commission disciplinaire de l’établissement qui statue sur d’éventuelles sanctions. Nous avons à déplorer tous les ans un à deux cas de fraude avérés et sanctionnés.

 

La soutenance

La soutenance d’une durée minimale de 30 minutes, est constituée, dans un premier temps, d’une présentation d’une dizaine de minutes dans la langue du rapport. L’étudiant est fortement encouragé à préparer cette présentation et à s’appuyer sur des notes.

Dans un second temps, se déroule l’entretien entre maître de stage et étudiant. Le maître de stage pourra indiquer au préalable à l’étudiant des points spécifiques qu’il souhaite voir développer lors de la soutenance.

Le maître de stage se réserve le droit de demander à l’étudiant de procéder à des corrections de forme et / ou de fond, (correction de la langue ou rédaction de pages supplémentaires par exemple) avant d’accepter d’organiser la soutenance ou de valider le stage. Le maître de stage peut refuser d’organiser la soutenance tant que l’étudiant n’a pas effectué les corrections demandées.

Les soutenances de stage seront acceptées via Skype uniquement en cas de prolongation du stage, embauche temporaire ou cas de force majeure.

 

Cas particuliers

Stages antérieurs à l’année de L3

Le Conseil de L.E.A. a décidé que les stages effectués dans le cadre de diplômes ayant déjà été validés et ne comportant pas les mêmes obligations que les stages des étudiants L.E.A. à l’université Paul-Valéry ne seraient  pas pris en compte.

En tout état de cause aucun stage non déclaré à l’avance au secrétariat et n’ayant pas reçu l’aval du responsable de l’ECUE et d’un maître de stage ne sera accepté, ni validé.

 

Dérogations aux règles générales

Dans certains pays, en raisons de contingences politiques, sociales, économiques ou administratives (autorisations de séjour, cartes de travail…), les étudiants peuvent rencontrer des conditions de stage difficiles, voire impossibles.

Le responsable de stages de chaque langue (et lui seul) a tout loisir pour proposer à la directrice du Département une mesure dérogatoire permettant à un étudiant d’effectuer un stage ne remplissant pas entièrement les conditions décrites plus haut. Cette mesure ne pourra en aucun cas dédouaner l’étudiant de la réalisation du rapport de stage et de la soutenance de ce rapport.

Voté par le Conseil du Département L.E.A. Mise en place : septembre 2017

 

Plan indicatif du rapport ou mémoire de stage LEA

La finalité du mémoire de stage est de décrire l'expérience que l'étudiant a vécue dans le monde de l'entreprise dans le but de compléter sa formation LEA. Le mémoire doit apporter des renseignements sur l'entreprise d'accueil, les tâches ou les missions accomplies par l'étudiant, les connaissances et compétences acquises, le bénéfice obtenu durant les pratiques en entreprise, etc. Il doit être rédigé dans la langue du pays où l’étudiant  a effectué le stage. Il doit comporter environ 30 pages (sans compter les annexes), être dactylographié (texte justifié, marge gauche de 3,5 cm, police 12, espacement de 1,5 ligne, notes en bas de page).

Une feuille de style est proposée à la fin de ce document. Elle contribue à la bonne présentation standard du mémoire.
Le mémoire sera soutenu lors d'un entretien oral avec le maître de stage ; il faut le lui remettre une semaine avant cette soutenance pour lui laisser le temps de faire procéder à d’éventuelles modifications (contenu, erreurs de langue).

  • Sur la page de couverture doivent figurer les informations suivantes
    • Université Paul Valéry - Montpellier
    • Nom et Prénom(s), année d'étude (Licence ou Master de L.E.A. Négociation de projets Internationaux)
    • Titre du mémoire
    • Nom du maître de stage (si celui-ci donne son accord)
    • Nom et coordonnées de l'entreprise d'accueil
    • La période du stage
       
  • En début de rapport
    • Les remerciements (éventuellement)
    • La table de matières clairement numérotée. Les indications de pages de la table des matières doivent renvoyer effectivement aux têtes de paragraphes ou de chapitres numérotés
    • L’évaluation du stagiaire par son tuteur de stage (à imprimer sur l’application p-stages. L’évaluation du stagiaire par son tuteur de stage est à imprimer sur l’ENT (l’onglet « Scolarité/Examens » puis la rubrique « Stage » et ensuite cliquer sur Documents pratiques à télécharger) ou à retirer au bureau des stages G210 en même temps que la déclaration de stage.

 

Proposition de plan standard

  1. Introduction : Trouver un stage en entreprise
    Comment le stage a-t-il été trouvé (bureau de stages université, annuaires professionnels, sites Internet spécialisés, relations personnelles).
    Démarches, résultats.
    Critères intervenant dans la sélection de la candidature. Conditions imposées par l'entreprise
     
  2. L'entreprise
    présentation de l'entreprise, localisation, taille (effectif de salariés), organisation et fonctionnement, activités.
     
  3. La mission  du stagiaire (objectif fixé par l'entreprise)
    Poste : nature et structure du service dans lequel le stage a été effectué
    Description des tâches : mission et résultats obtenus
     
  4. Pratiques linguistiques
    Utilisation des langues étudiées à l’université et de la langue maternelle (usage écrit, oral, fréquence, etc).
    Le niveau de compétence linguistique du stagiaire a-t-il été un handicap ? Dans quelles situations ?
     
  5. Pratiques professionnelles
    Problèmes liés aux connaissances et aux compétences acquises durant la formation.
    Problèmes dérivés de la condition ou de la personnalité du stagiaire.
     
  6. Conclusion
    Bilan du stage en entreprise : Bénéfices, déficiences, enseignements tirés des difficultés surmontées.
    Perspectives offertes par le stage.
     
  7. Annexes
    - Evaluation du stagiaire par l’entreprise (formulaire envoyé par Mme Durand en mai par courriel en mai)
    - Documents qui éclairent ou complètent certains aspects du travail (graphiques, tableaux statistiques, plaquettes de l'entreprise, articles de presse, etc.). Il importe de demander toujours l'autorisation de diffuser les informations recueillies au cours du stage, certains documents pouvant être confidentiels.

Plan présenté par Mme. R. Parra en 2011 et revu par Mmes Ciccia, Banères-Monge et Chainais en novembre 2015.

 

Modèles de rapports et feuilles de style

Utilisation de l'exemple proposé pour les rapports de stages

Quelques règles pour utiliser le document proposé ci-dessus comme exemple pour les mémoires de stage :

  • Remplacer les textes/images dans le document lorsque nécessaire
  • Utiliser les styles déjà définis pour faire les mises en forme. Les modifier ou en ajouter de nouveaux si besoin (Menu Format / Style et formatage).
  • Ne pas faire de formatage direct (c'est-à-dire faire la mise en forme (gras, italique, choix de police, alignement etc.) en utilisant des raccourcis claviers, les boutons de la barre d'outils formatage ou en passant par le menu Format/caractères ou Format/paragraphes).
  • Penser à mettre à jour toutes les tables avant de rendre le mémoire (clic droit ou ctrl+clic sur la table (=menu contextuel de la table) / Actualiser l'index).
  • Ajouter les méta-données qui permettront d'indexer correctement votre rapport (Fichier/Propriétés.../Description).